jeudi 7 avril 2011

PARIS : La Commune vue par Raspouteam

C'est le genre de date anniversaire qui passe plutôt inaperçu mais figurez-vous, chers amis, que nous avons fêté en ce mois de mars 2011 les 140 ans de la Commune de Paris. La Commune ? Keua ? Qu'est-ce que c'est encore que ce truc-là ? 

Bon ! Je vais essayer de faire court et rapide : la Commune de Paris est un mouvement insurrectionnel qui débuta mi-mars pour terminer par "La Semaine sanglante" fin mai 1871. Le contexte qui la voit naître est assez complexe. Politiquement, la France vient de perdre la guerre contre la Prusse qui assiège maintenant Paris, affamant la population. Socialement, la ville se segmente de plus en plus entre les quartiers "chics" (plutôt à l'Ouest) et les quartiers populaires (plutôt à l'Est). Après la défaite, la IIIe République est proclamée. Le nouveau gouvernement, dit "de la défense nationale", et l'Assemblée nationale multiplient les bourdes (aucun parallèle avec une actualité plus ou moins proche...) : défilé des troupes prussiennes intramuros, une Assemblée nationale nomade qui déménage d'abord à Bordeaux puis à Versailles, des mesures financières contraignantes, l'enlèvement des canons parisiens, etc.

Les Parisiens prennent possession de l'Hôtel de Ville. Le 26 mars, un Conseil de la Commune est élu, principalement composé d'ouvriers et de petits bourgeois, mais les multiples tendances qui y sont représentées en freinent la bonne marche.

Les partisans du gouvernement prennent les armes : les forces engagées sont clairement inégales puisque ces derniers sont au nombre de 130000 hommes (sous le commandement de Mac Mahon) contre 30000 partisans de la Commune. Le conflit se solde par "La Semaine sanglante" où Paris devient le décor d'un véritable massacre.

Considérée comme le premier mouvement prolétarien, la Commune porte un "programme" qui sera déterminant dans l'évolution de la société française : la citoyenneté active, l'émancipation de la Femme, la liberté de la presse, l'élection au suffrage universel des fonctionnaires, la mise en place de mesures en faveur des conditions de travail, de la justice, de l'enseignement, ainsi que la véritable séparation en Eglise et Etat avec la suppression du budget dit "du culte".

Pour en savoir plus sur la Commune : cliquez ici


Revenons à nos moutons : pour fêter cet anniversaire, le collectif d’artistes Raspouteam a installé des reproductions de photos d'époque, documents, publications, extraits de journaux, etc. (des "interventions streetart") dans 45 lieux parisiens à travers lesquels vous pouvez suivre un parcours pour revivre les moments clés de ces événements grâce à des informations fournies par QRcodes.
 
  

2 commentaires:

mzelle-fraise a dit…

Merci pour la piqûre de rappel, Professeur Plooom !

Plooom a dit…

C'est archi-résumé ! Cette période de l'histoire est tellement intéressante...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Rechercher dans ce blog