vendredi 7 janvier 2011

PARIS : La nuit d'Elliot Fall au Vingtième Théâtre ! À voir !

Bon ! Ne tournons pas autour du pot, on sait que les blagues les plus courtes sont les meilleures : ce petit spectacle, au fin fond d'un petit théâtre d'arrondissement (mais néanmoins très sympathique), ne bénéficiant pas d'un battage médiatique à la hauteur des autres Mozart, Cléopâtre, Roméo et Juliette et autre nullités du genre, n'a pourtant rien à leur envier ! C'est Gé-nial !

Certes, vous n'y verrez pas 40 chanteurs-danseurs sur scène, dans des costumes qui coûtent un bras, nimbés par un jeu de 3098498498 lumières, évoluant dans des décors qui changent toutes les 26 secondes, accompagnés par un orchestre symphonique, etc. Non ! Rien de tout ça ! Mais franchement, les 6 chanteurs-danseurs-comédiens qui portent La nuit d'Elliot Fall à bout de bras sont presque plus efficaces que ces grosses machineries peu inspirées.

L'histoire est originale : se voulant un "road-movie musical en forme de conte de fées initiatique", le spectacle se joue avec finesse des codes et des stéréotypes du genre en multipliant les références habiles, les clins d'oeil appuyés et en mélangeant allègrement burlesque (c'est à la mode !), fantastique, humour noir, sensualité exacerbée et grand guignol irrévérencieux et rocambolesque. Elliot Fall, jeune et fringuant ... croque-mort, se révèle être l'antidote à une maladie très étrange dont souffre la jeune Mimi Von Lenska : elle se végétalise et menace de mourir au matin, étouffée par les fleurs qui lui poussent à la surface du corps ! Préciosa, la vieille gouvernante de la famille milliardaire, est donc chargée de retrouver le jeune homme pendant la nuit. Il doit embrasser Mimi pour la sauver de cette mort atroce, mort qui profiterait à l'abominable Comte Oswald Lovejoy ! Pas très trépidant ? Ça ne vous transporte pas ? Attendez un peu...

Attendez que je vous dise que vous allez aussi y rencontrer les Trois Petits Cochons en version mafieux lubriques, le Petit Chaperon Rouge en strip-teaseuse et escroc repentie, un Grand Méchant Loup monté sur stilettos qui tapine devant un cabaret, une Marraine la Fée reconvertie en nonne salace, etc... Ah ! Tout de suite, ça pétille dans votre oeil hein ?

Terminons de vous convaincre en vous révélant que le texte, malgré quelques tunnels et quelques longueurs, est plutôt bien écrit et soutien un propos intéressant, alternant ente moments drôles et beaux sentiments, toujours imprévisible, que les chansons sont géniales et formidablement bien interprétées (c'est là une force incroyable de ce spectacle) par des voix magnifiques et des musiciens en live, que les artistes sont archi-doués et justes dans leur jeu, que les décors et la mise en scène mélangent l'atmosphère de la comédie musicale, des films de Tim Burton, ... enfin bref ! Il faut savoir s'arrêter aussi ! 





Convaincu ? Ben dépêchez-vous ! C'est jusqu'au 27 février au Vingtième Théâtre !

La Nuit l'Elliot Fall
Avec Denis d'Arcangelo, Sinan Bertrand, Sophie Tellier, Christine Bonnard, Olivier Breitman, Flannan Obé
Ecrit par Vincent Daenen
Mise en scène de Jean-Luc revol
Musique Originale de Thierry Boulanger
Jusqu'au 27 février - Vingtième Théâtre
7 rue des Plâtrières
Métro Ménilmontant

3 commentaires:

Hannie a dit…

I LOVE Tim Burton! (:
xoxo from Hannie

Plooom a dit…

So you have to be at this show ! ^^

Henar a dit…

This sounds great, I love TB!
xx

Henar
...OH MY VOGUE!

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Rechercher dans ce blog